dimanche 28 août 2016

Benyoucef Mellouk, le lanceur d'alerte algérien

Benyoucef Mellouk est le lanceur d'alerte, le plus connu d'Algérie. Dans mon blog, c'est le 3ième article qui lui est consacré et c'est plus que mérité. Il mérite d'être connu et reconnu par toute la population algérienne au vu des affaires de corruption qu'il a dénoncé au péril de sa vie. 
Le nom de Benyoucef Mellouk restera à jamais lié à une affaire, celle des magistrats faussaires. Il l'a déclenchée en 1992 et à ce jour il est encore traîné devant les tribunaux. Ce lanceur d'alerte made in Algeria n'a pas eu à fuir vers Moscou à l'instar de l'américain Edward Snowden, ni à se cacher dans une ambassade à l'instar de Julian Assange (Wikileaks). Benyoucef Mellouk ets toujours en Algérie, vivant dans sa ville natale, Blida. Dans cet entretien accordé à la Rédaction Numérique de "Liberté", et avec son franc-parler habituel, il revient sur "son" affaire. (extrait de Algérie-actualité du 29/07/2016)



Je lui réitère toute mon estime. articles précédents qui lui furent consacrés 





Aujourd'hui, je reprends un article du journal Algérie-Liberté qui a interviewé Monsieur Benyoucef Mellouk en Juillet.



 
Réalisation de Salim KOUDIL/Lire:bit.ly/2al58rI/Rédaction Numérique de "Liberté"

video



lien association lanceurs d'alertes  https://www.facebook.com/AACC-Association-Alg%C3%A9rienne-de-lutte-contre-la-corruption-215181501888412/

mardi 2 août 2016

Je fus un des otages

Chaque été, il m'est impossible de ne pas revenir sur le drame de la guerre de Bosnie. Mes souvenirs sont noyautés de plein de noms de villes et villages martyrisés, pris au piège de la haine et de l'injustice, au coeur même de l'Europe moderne, dans des actes annonciateurs de nouvelles formes de guerres et préliminaires à des atrocités à venir qui non seulement n'ont pas cessé mais se sont développées un peu partout de manière plus effroyable et plus douloureuse. Ce qu'on vit aujourd'hui en Europe, à travers les attentats terroristes qui frappent d'innocentes victimes, n'est que le prolongement sous une autre forme des conflits du début des années 90 dont on a étouffé les flammes mais pas éteint les braises toujours brûlantes. 
Au coeur de l'Europe, on a laissé faire le massacre des innocents en Yougouslavie refusant de s'immiscer dans les affaires d'un pays en pleine crise économique et dont le nationalisme serbe devenait étouffant pour des peuples qui ne trouvaient plus leur place dans la fédération Yougoslave sous une direction absolue de Milosevic. L'inévitable pris la forme d'un divorce explosif entre des peuples qui laissèrent se défouler une haine meurtrière au détriment de tous. L'union vola en éclat sous le cri des martyrisés et le fracas des destructions. 20 ans plus tard, les peuples de l'ex Yougoslavie continuent à panser des plaies encore visibles.

Aujourd'hui, j'ai voulu donner la parole à un témoin vivant de ce conflit. Une infirmière bénévole de l'ex association Equilibre qui avait voulu apporter un peu de réconfort à des populations en détresse à ses risques et périls. A cette époque, elle était belle, mère de plusieurs enfants en bas âge, épanouie avec plein de généreuses idées dans la tête. Cette infirmière a roulé sa bosse, en Afrique mais aussi en Tchéchénie lors de la première guerre. Elle avait fait partie du célèbre convoi de camions parti ravitaillé les populations civiles très meurtries par les atroces combats entre l'armée russe et les indépendantistes tchèchènes. Elle s'est retrouvée aussi en Bosnie du côté de Bosna. Les souvenirs de plusieurs mois de missions bénévoles à travers le monde ne s'effacent pas d'un coup de baguette magique, ils sont ancrés en soi et certains faits d'actualité agissent comme des déclencheurs, réveillant des douleurs psychologiques. Quand je l'ai rencontrée, il y a quelques mois alors que j'entamais mes recherches bibliographiques, je m'attendais à croiser une femme usée par l'âge, le travail et surtout les souvenirs de ses missions humanitaires. Bien au contraire!, j'ai rencontré une femme pleine d'assurance, toujours aussi belle et encore une soif d'aider son prochain mais quelque chose de profond s'était brisé en elle. La peur avait fait son nid en elle. Les missions humanitaires, c'était du passé, fini et pour cause.

La discussion avait été très nourrie, intense, enrichissante jusqu'au moment où elle évoqua sa vraie dernière mission, l'ultime, celle qui vous marque pour le restant de vos jours. de longues secondes s'écoulèrent avant de poursuivre l'échange autour d'un café qui avait fini par refroidir.
Elle connut ce que les associations humanitaires redoutent par dessus tout, une prise d'otages qui dans notre cas, allait durer plusieurs mois pas en Bosnie mais au Daghestan à  Makhatchkala, plus précisément. C'était un 2 août 1997. 

Cet été 1997, la situation était tendue dans le Caucase et les finances de l'association Equilibre n'étaient pas au mieux mais elle ne voulait pas abandonné les nombreux projets mis en place en faveur des populations civiles. L'association était devenue dans le domaine humanitaire incontournable et son président Alain Michel ne s'était pas fait que des amis dans le milieu. Il était sous tous les fronts et l'annonce de cette prise d'otages qui ne fut pas tout de suite annoncée au public allait être le coup fatal qui allait précipiter l'association dans le dépôt de bilan mais en attendant, la priorité était de savoir comment prendre contact avec les preneurs d'otages pour d'une part prendre des nouvelles de l'équipe de l'association "Equilibre" et surtout trouver rapidement les moyens de faire libérer le groupe d'humanitaires.

Et ce 2 Août 1997, les choses se présentaient très mal. 1 mois avant, dans la nuit du 1 au 2 juillet 1997, 
Christophe André était enlevé dans les locaux de MSF (Médecins sans frontières à Nazran, capitale de l'Ingouchie, république de la fédération de Russie et proche de la Tchétchénie. Des bandits Tchétchenes étaient soupçonnés dans l'enlèvement. Il faut savoir qu'en ces temps là, tous les moyens étaient bons pour se procurer des armes et ça passait souvent par les braquages, enlèvements avec demandes de rançons.Les enlèvements frappaient aussi bien les occidentaux que les russes ou les autochtones. Les otages étaient échangés contre des prisonniers ou de l'argent et même si les représentants étatiques criaient haut et fort qu'ils refusaient de négocier, tout le monde savait que dans les coulisses, ça marchandait à bâton rompu. Il fallait juste que chacun sauve la face et les Français n'ont jamais dérogé à la règle.
Le calvaire des otages de l'association Equilibre allait durer 3 mois et demi jusqu'à leur libération sains et saufs le 17 Novembre 1997.


Si je m'arrêtais ici, chers lecteurs, vous serez en droit de vous demander pourquoi cet article ? Qu'apporte t-il de plus à la compréhension de l'évènement qui s'est déroulé entre le 02/08/1997 et le 17/11/1997 plusieurs jours après que l'autre otage Christophe André de MSF réussit à s'échapper et après surtout une visite du président Jacques Chirac en Russie.

La suite, vous l'aurez  dans la matinée, dans l'interview que j'ai donné à cet ancien otage dont je suis dans l'obligation de taire le nom et qui pour la première fois se livre 19 ans après son enlèvement et dévoile la réalité de cette prise d'otages sur laquelle plane silence et mensonge. Avant de vous livrer cet interview, il s'agit de préciser plusieurs choses. Les otages devaient être décorés. Ils ont unanimement refusé. Les noms des otages ne devaient pas être dévoilés, ils le furent du moins en partie mais le plus inquiétant, c'est qu'on nous a caché le nombre exacte d'otages. Je m'en étais rendu compte lors de mes lectures. On parlait de 3 membres d'Equilibre et d'un ami visiteur, puis de  4 Membres d'Equilibre, ensuite de 5 otages sans savoir si on intégrait le membre de MSF et on parlait souvent de 4 otages Français. La confusion était totale dans mon esprit avant que me soit donnée l'explication incroyable qui m'a permis de comprendre l'objet du silence radio durant plus d'un mois. Ce n'était pas simplement pour préserver la vie des otages mais surtout pour étouffer une affaire qui était devenue diplomatiquement très embarrassante pour l'Etat Français.




références: lien1  ,lien2,
                  lien3


Mon témoin ayant souhaité continuer à garder l'anonymat, dans l'échange, je l'ai nommé : "Christine" avec son accord.




TH: Il y a exactement 19 ans, jour pour jour, vous et les membres de votre équipe de l'association Equilibre étaient enlevés. Comment avez vous ressenti ce triste anniversaire et comment avez vous vécu cette journée du 02 Août 1997 ?


Christine: 19 ans, ça ne me rajeunit pas et on a pourtant l'impression que c'était hier. On ressent toujours une certaine crainte, des frissons et surtout une permanente douleur psychologique
Même comme ce fut mon cas, on passe par une importante thérapie, le souvenir reste ancré dans l'esprit, la douleur permanente, inoubliable. On prend pour la vie.
J'avais cru pouvoir oublier, reprendre une vie normale. Je n'y suis pas arrivée et pourtant, je n'avais pas eu à subir la médiatisation de ma libération. J'avais choisi de rester anonyme pour me protéger, protéger ma famille mais ça n'avait servi à rien. Ma vie est toujours hantée par ses 3 mois 1/2 de captivité et ce depuis 19 ans. J'ai pris pour la vie.

Ce 2 août 1997 on était dans notre base. je n'étais pas rassurée du tout. Un compatriote avait été enlevé 1 mois avant. On était sous nos gardes, on était en début d'après midi et on s'apprêtait à partit en mission quand un groupe d'une vingtaine de combattants débarqua et nous emmena à l'arrière d'un camion, mains liées au dos, yeux bandés pour une destination inconnue. 

Notre cauchemar venait de commencer. On était enfermé dans une minuscule pièces d'à peine 8 m2 avec des nattes au sol, à 6 avec pour nos besoins, un simple seau. La nourriture était immonde et nous étions régulièrement frappés à coup de cross, humiliés et menacés
Il y avait 4 français dont moi, un anglais et un allemand qui sera froidement abattu 15 jours plus tard par hasard. 
Cela aurait pu être n'importe qui d'autre du groupe. Ce jour là, on était ensemble dans le noir et un de nos ravisseurs ouvra la porte et attrapa le plus proche pour le sortir et l'assassiner. Nous n'étions pas rassurés. Ils voulaient assurément de l'argent et ne voulaient pas que cette affaire dure trop longtemps. Nous comptions les jours autant que faire se peut grâce à la lueur du matin.



Th: Je ne comprends pas! Vous dites que vous étiez 6! mais les médias ont parlé de 4 otages, n'est ce pas ?
Vous dites qu'un otage a été assassiné alors qu'à l'époque, il n'était fait part d'aucune victime. Expliquez vous ou plutôt, expliquez nous!


Christine: Pendant 3 mois 1/2, nous étions coupés du monde, un de nos géoliers qui parlait français, après plus d'un mois nous avait indiqué qu'on parlait de nous et qu'un comité s'était mis en place mais à vrai dire, on n'était au courant de rien. A ma libération comme d'autres du groupe, j'ai replongé dans l'anonymat, je voulais tirer un trait et quand j'ai découvert tous ces mensonges, j'ai préféré me taire surtout que ce n'était pas le seul. Mais si on regarde les médias de l'époque de plus près, on remarque que les pouvoirs publiques jouaient sur les mots. Ils parlaient d'otages français et nou
s étions bien 4 français et 2 non français.

Th: Vous dites que ce n'était pas le seul mensonge ?


Christine: Evidemment! Le président d'Equilibre avait indiqué qu'acune rançon avait été versée.  C'était impossible sinon, je ne serais pas là en train de vous parler. Nos géoliers nous ont eux même confirmé qu'une rançon avait été versée mais nous avions ordre de ne plus parler de notre prise d'otages.  C'est pour cette raison que je n'ai rien dit.



Th: Autre chose, lors de mes lectures, je suis tombé sur un drôle d'article. J'avais l'impression de lire un roman d'espionnage. L'auteur indiquait qu'il y avait des agents Français du renseignement. Vous confirmez !


Christine: Malheureusement, totalement vrai! et ce n'était pas la meilleure chose qu'ait faite l'association Equilibre. Ils étaient 2 mais je ne pense pas que ce soit cela qui ait motivé notre enlèvement.
Disons, nous étions mal barrés et à la fin totalement au bout du rouleau


Th: Avez vous subi des violences physiques ou plutôt pour être plus précis des viols ?



Christine: Je préfère ne pas répondre et arrêter avec les questions. Vous avez ravivez des souvenirs toujours vifs malgré une importante thérapie mais on m'a prévenu qu'on ne s'en sort jamais de ce genre d'expérience. Moi j'ai la chance d'avoir pu reprendre une activité comme soignante mais pour deux de mes anciens camarades d'Equilibre, eux n'ont pas eu cette chance. Il n'ont pas voulu suivre de thérapie, espérant s'en sortir d'eux même. Ils se sont suicidés.


Je suis un peu comme une survivante. 19 ans après, il était peut être temps d'en parler mais à quoi bon. ça n'intéresse, plus personne. Je vais continuer d'essayer de vivre comme je peux traînant cette histoire comme un boulet.

Je vous remercie de m'avoir écoutée. Vous m'avez à vrai dire un peu soulagée mais svp, ne donnez jamais mon nom. 

 Th: Merci de même et bonne continuation.

samedi 23 juillet 2016

En route pour le Palestine Tour !



C'est dans le cadre de la caravane "en route pour la Palestine" que de nombreux militants de la cause palestinienne et de la campagne "BDS" à l'encontre d'Israël ont été arrêtés alors qu'ils se trouvaient sur les quais du Rhône. Ils devaient se retrouver, place des Terreaux de 17h à 20 pour un spectacle sur le thème des campagnes BDS et des exactions de l'armée israélienne. Interpellés par la police, ils ont été relâchés 1h plus tard.


Tous les détails dans l'article suivant :http://www.europalestine.com/spip.php?article12068
Vidéo de leur arrestation : 

===

dimanche 3 juillet 2016

Le paradis sur Terre, oui, ça existe

Il y a dans les ballades dans la toile, des découvertes qui vous donnent les clés du paradis.
Un Vrai Royaume Souterrain: Une Jungle épique Et Immense Se Cache Dans Cette Caverne
Imaginez une caverne tellement immense et massive si bien qu’elle pourrait entièrement recouvrir toute la ville de New-York; elle engloberait tous les immeubles, et aussi la Statue de la Liberté.
Son Doong est connue à ce jour comme étant la plus grande caverne découverte par les hommes. Avec son côté étrange, il y a fort à parier que les productions hollywoodiennes iront bientôt tourner leurs prochains films dans cet endroit.

À l’intérieur de la caverne, se trouvent une jungle immense, des rivières, des étangs, des cascades, … on compte aussi plus de 150 grottes dans ce paradis souterrain
Son Doong est située dans le district de Bo Trach (ce dernier se trouve dans la province de Quang Binh, au Vietnam). Elle a été découverte en 1991 par Ho Khanh, un autochtone de la région. Il s’y est rendu à plusieurs reprises, pendant plus de 20 ans.











mardi 21 juin 2016

Il faut sauver le service de transport partagé Heetch

Ben oui, j'annonce cash la couleur. Je soutiens le service controversé Heetch. Controversé aux yeux des professionnels du transport (Taxis, VTC) et de certains politiciens qui semblent avoir oublié les galères au temps de leur jeunesse ou qui ne doivent pas connaître les difficultés de leurs enfants quand ils en ont, pour se déplacer la nuit en revenant d'une soirée arrosée ou pas ou d'une gare quand le train arrive tard la nuit et qu'il n'y a plus un taxi à l'horizon ou plus un centime en poche. 


Fiche d'identité de Heetch: http://www.numerama.com/startup/heetch

article wikipédia (à améliorer) :  https://fr.wikipedia.org/wiki/Heetch

 


Quand Heetch a vu le jour ( 1 Août 2013) d'abord à Paris, Uberpop n'existait pas et personne ne se me méfiait de ce service à l'activité très modeste et dont l'ambition consistait essentiellement à faciliter le déplacement des jeunes la nuit confrontés à la rareté des transports surtout en direction de la banlieue. C'est à la disparition d'Uberpop qu'heetch a réellement décollé en posant des soucis pas seulement aux taxis mais aussi aux VTC d'UBER et tous voient l'activité de la start up comme de la concurrence déloyale en oubliant que les utilisateurs d'heetch sont majoritairement des jeunes, pas riches et qui avant de découvrir Heetch ne prenaient jamais le taxis et ces jeunes ne sont pas nécessairement friands des berlines d'Uber.


http://rue89.nouvelobs.com/2016/01/25/heetch-lappli-transport-aurait-prefere-rester-discrete-262955






Les responsables de Heetch depuis plusieurs mois ont mené une campagne intense sur les réseaux sociaux afin de défendre leur application de mise en relation entre chauffeurs particuliers et passagers en usant d'outils vidéo à la pointe de la communication comme cette excellente vidéo



Où cette démarche sur le réseau twitter pour inciter les jeunes à dialoguer avec les hommes et femmes politiques d'aujourd'hui mais en version rajeunie

samedi 18 juin 2016

La République devient amnésique

Ce n'est pas de temps en temps mais souvent, j'ai l'impression que ceux qui sont chargés de gérer l'Histoire de la France, la vie de ses héros ont un sacré problème de mémoire. C'est à se demander à quoi les très nombreux fonctionnaires du secrétariat aux anciens combattants font de leurs journées.
Ce qui m"a amené à écrire cet article, c'est la découverte par un pur hasard d'un article sur facebook écrit par un de mes contacts que je reproduis tel qu'il s'est présenté à moi. 


12 h ·
Les mémoires courtes
C’est en lisant The Telegraph, qu'il était possible d'apprendre le décès, le 10 avril dernier, de Madame Jeannette Guyot.
Les médias français ? aux abonnés absents...
Madame Jeannette Guyot est partie à 97 ans, discrète, citoyenne tranquille parmi les autres. Et pourtant…
>
Ses 20 ans, elle les passe dans les champs et les bois, à marcher la nuit en silence, ployant son dos, suivie d’enfants, hommes et femmes, qu’elle délivre de la Terreur.

La ligne de démarcation n’est pas loin. Officier de liaison du Colonel Rémy, réseau "Confrérie Notre Dame", elle se fait prendre. Elle est jeune, jolie. Les grands manteaux de cuir de la SS vont le lui faire payer.
Et 3 mois après cet avertissement charnel, elle part à Lyon. Et remet le couvert.
>
Dewavrin, le relais de De Gaulle en France, la recrute. L’aile noire de la Gestapo la frôle. Les Anglais la récupèrent in extrémis, le 13 Mai 1943 ; la légère porte du Lysander de la RAF, s’ouvre, l’avion ne s’arrête même pas. Jeannette court, court, avec dans son dos le sifflement des balles allemandes.

A Londres, elle s’ennuie derrière un bureau. Ah oui ! une fille qui veut faire la guerre ; et jolie en plus…OK, tu vas t’entraîner avec les Américains et les Britanniques, à la dure.
>
On prépare le plan Sussex, en vue du débarquement. Elle est parachutée en bord de Loire, côté Vendée. Elle repère des zones de largage…. Elle part à Paris et monte un clandé d’opérateurs radios… dans un tabac mitoyen d’un bureau de la Gestapo !

Bref, une cinglée, une divine cinglée, un de ces anges aux ailes immaculées qui ont sauvé notre pays de la barbarie.
Et rien : pas un mot à la radio, à la télé, dans la presse, sur les réseaux, toutes ces choses futiles et inutiles qui guident nos choix…
Seuls les Britanniques se souviennent. Bizarre cette amnésie.
Chevalier de la Légion d’Honneur ( comme Mireille Matthieu et Mimi Mathy !!!! ) mais Croix de Guerre avec Palmes, Cross of the American Distinguished Service ( DSC ), s’il vous plaît, British George Medal, et Officier de l'Ordre du British Empire ( sous le nom de Gauthier ).
Merci à vous tous de partager sa mémoire, de lui rendre hommage, nous savons qu'elle le mérite tellement "


A ma manière et pour me faire pardonner mon ignorance, je consacre un article à cette respectable Dame qui par son parcours a bien plus de mérite que certaines médaillées dont je tairais le nom pour ne pas gâcher cet écrit.

En jetant un coup d'oeil sur le site Wikipédia, on remarque que sa fiche est modestement fournie.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeannette_Guyot



Les médias anglais réagirent plus de 15 jours après son décès quant aux journaux français, il a fallu attendre encore 1 semaine.
L'article du Telegraph fournit beaucoup de précisions sur son passé de résistante et des informations beaucoup plus détaillées que le site wikipédia.
http://www.telegraph.co.uk/obituaries/2016/04/26/jeannette-guyot-intelligence-agent--obituary/


mardi 14 juin 2016

Tournoi national du Lougdunum



Toute l'Europe vit à l'heure du foot. Evidemment ! même moi mais à petite dose et en me contentant du lien http://supervictoreuro2016.blogspot.com . 
En dehors du foot, la vie ne s'arrête pas et ce n'est pas parce que ça ne fait la une d'aucun grand média que je vais me désintéresser du tournoi national du Lougdunum. Oui, vous avez bien lu, " LOU" comme Lyon Olympique Universitaire


Sauf que dans notre cas, il ne s'agit pas de la catégorie, la plus connue, celle des rugbymen professionnels qui la saison prochaine rejoignent la Division 1, il s'agit juste des catégories jeunes de l'école de Rugby, les U12 et les U14. Ben ouhais, il ne faut pas les mépriser nos jeunes, ils ont aussi leur tournoi national avec la présence pour dimanche 19 juin 2016 de clubs venus de toute la France qui chercheront à remporter 1 à plusieurs coupes. Ils viennent pour donner le meilleur d'eux même et nos jeunes lyonnais ne comptent pas faire de la figuration. 

Si ça vous tente, venez dimanche assister aux matches, l'entrée est gratuite et il y aura du bon spectacle. 




Lieux où les matchs vont se dérouler : 

Stade Matmut  8 rue Oradour-sur-Glane, 69200 Vénissieux

Stade Vuillermet, 196, avenue Paul Santy, 69008 Lyon






Pour plus d'infos:  https://www.facebook.com/events/1024911644223932/

https://www.facebook.com/LOU-Rugby-Association-361401140541438/

http://lourugbyassociation.fr/